Modifié le 17 janvier 2012

Manifeste sur la pénurie de personnel médical

La Suisse devra faire face à une sérieuse pénurie de personnel médical
Face à la pénurie de main-d'oeuvre qualifiée, les hôpitaux suisses recrutent très souvent à l'étranger. [ - ]
La Suisse aurait besoin chaque année de 5000 diplômés en soins infirmiers supplémentaires. Une large coalition d'organisations professionnelles, de syndicats et d'oeuvres d'entraide demande que la Suisse remédie à cette pénurie sans le faire au détriment de la population des pays défavorisés.

A l'initiative de l'Association suisse des infirmières et infirmiers (ASI) et du réseau Medicus Mundi Suisse, 26 organisations ont présenté lundi devant la presse à Berne un manifeste. Pour elles, il ne fait pas de doute que la Suisse doit investir davantage en faveur de la formation et dans le maintien d'un nombre de professionnels suffisant.


Jusqu'ici, la seule réaction des instances politiques et des grands hôpitaux à la pénurie de personnel a été le recrutement à l'étranger, dénonce la coalition. Au lieu de cela, mieux vaudrait prendre des mesures de pilotage comme la création de places d'études en médecine et dans d'autres professions médicales et paramédicales.


Réaction en chaîne

Le recrutement à l'étranger a des conséquences dramatiques sur place, a expliqué le président de la Fédération des médecins suisses (FMH) Jacques de Haller : la ville de Birmingham, en Grande-Bretagne, compte par exemple davantage d'infirmières du Malawi que ce pays d'Afrique lui-même. De même, 40% des médecins dans les hôpitaux suisses proviennent d'Allemagne.


L'Allemagne, elle, recrute du personnel en Pologne, qui à son tour comble ses lacunes par des Bulgares Chaque année, 600 médecins et 1000 infirmières quittent la Bulgarie, souligne Christine Rutschmann, de la Croix-Rouge suisse. Cette migration crée un grave problème de relève sur place et ses effets sur la santé de la population sont catastrophiques.


En Suisse romande, l'effet est identique avec le personnel soignant venu de France, remplacé dans l'Hexagone par des Togolais. C'est donc en pure perte que le Togo investit dans la formation de personnel de santé.


Respecter la charte éthique de l'OMC

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a adopté l'an dernier une charte éthique sur la migration du personnel de santé, à laquelle la Suisse a adhéré, a rappelé Jacques de Haller. Or, il ne se passe pas encore grand-chose en Suisse.


Le manifeste lancé lundi s'adresse aux Départements fédéraux de l'intérieur (DFI) et des affaires étrangères (DFAE), mais aussi aux grands hôpitaux, pour leur demander de mettre les choses en route de façon plus active. Le manifeste demande notamment à la Suisse de recueillir régulièrement des données précises sur le personnel de santé, y compris sur les flux migratoires de celui-ci.


La Suisse doit aussi renoncer à recruter activement du personnel dans les pays qui connaissent déjà une pénurie critique. Enfin, la Suisse doit veiller à ne recruter du personnel de santé dans les pays en développement ou émergents que si elle a conclu des accords qui répondent aux critères éthiques de la charte de l'OMS. Ceux-ci prévoient des prestations de transfert en faveur des systèmes de santé concernés.


ats/dk


Publié le 16 janvier 2012 - Modifié le 17 janvier 2012