Modifié le 21 octobre 2011

Nouvel avion de combat choisi avant la fin de l'année

D'après le chef de la section Politique de sécurité, "il est improbable de ne trouver aucun acheteur". Dans ce cas toutefois, les avions seraient détruits en Suisse.
Le choix sera fait entre trois avions: l'Eurofighter, le Rafale français et le Gripen suédois, ici en photo. [Sigi Tischler - ]
Le Conseil fédéral choisira prochainement le nouvel avion de combat des Forces aériennes suisses. Il a chargé mercredi le Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) de lui faire une proposition avant la fin de l'année.

Pour sa part, le Département fédéral des finances (DFF) devra dire comment financer la hausse des dépenses militaires décidée par le Parlement.


Le GSsA confirme son intention de lancer un référendum. La décision du Conseil fédéral quant au remplacement partiel des avions de combat "Tiger" sera prise lorsque la proposition lui sera faite.


L'enveloppe financière qui sera mise à disposition sera déterminée en même temps, a expliqué à l'AP André Simonazzi, porte-parole du gouvernement.


Choix entre trois modèles

Le DDPS aura à choisir entre trois avions: l'Eurofighter produit par EADS et fruit d'une coopération entre l'Allemagne, la Grande-Bretagne, l'Italie et l'Espagne, le Gripen suédois et le Rafale français.


Parallèlement, le DFF exposera au Conseil fédéral comment financer l'augmentation du plafond annuel des dépenses de l'armée à cinq milliards de francs à partir de 2014 décidée par le Parlement au cours de la dernière session.


Cela représente quelque 600 millions de plus que le montant prévu dans la planification financière actuelle.


Le GSsA toujours pour un référendum

La décision prise en septembre dernier par le Parlement d'acheter 22 avions de combats et de dépenser cinq milliards de francs pour l'armée n'est pas démocratique, répète dans un communiqué le Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA).


Celui-ci estime qu'un référendum en la matière s'impose. Le GSsA le saisira avec tous les intéressés au sein d'une "large alliance".


ap/mre


Publié le 19 octobre 2011 - Modifié le 21 octobre 2011