Modifié le 08 septembre 2011

Micheline Calmy-Rey partira en décembre

Micheline Calmy-Rey va quitter le gouvernement à la fin de l'année.
Micheline Calmy-Rey va quitter le gouvernement à la fin de l'année. [Lukas Lehmann - ]
La rumeur était dans l'air depuis quelques mois, Micheline Calmy-Rey ne rempilera pas pour une nouvelle législature au Conseil fédéral. Celle qui a été cheffe du DFAE durant 9 ans a annoncé son départ en décembre. Réactions, retour sur une carrière mouvementée et premières pistes pour sa succession.

Micheline Calmy-Rey annonce son départ

La conseillère fédérale a été au centre de toutes les attentions durant toute la journée.
La conseillère fédérale a été au centre de toutes les attentions durant toute la journée. [Peter Klaunzer - ]
C'est tout sourire que Micheline Calmy-Rey a annoncé qu'elle quittera le Conseil fédéral le 14 décembre. La Genevoise de 66 ans a expliqué en conférence de presse qu'elle avait informé ses collègues du gouvernement et qu'elle partait "en accord avec son parti." La ministre a dirigé le Département des affaires étrangères durant les neuf ans qu'elle a passés au gouvernement. Avec ce départ, le Conseil fédéral a été totalement renouvelé en l'espace de 5 ans et la doyenne du collège devient Doris Leuthard, élue en 2006. Retour sur l'annonce d'un départ attendu sur Conseil fédéral.


Les partis saluent l'engagement de la ministre

Les partis saluent l'engagement de la Genevoise, mais tirent un bilan pas toujours positif.
Les partis saluent l'engagement de la Genevoise, mais tirent un bilan pas toujours positif. [Ruben Sprich - ]
Si le Conseil fédéral a exprimé sa "vive gratitude" à une ministre "engagée", les principaux partis politiques ont émis des réserves sur le bilan de la Genevoise, tout en soulignant sa grande visibilité à la tête d'un DFAE très exposé. Son parti, le PS, a salué un "exemple" et une conseillère fédérale "chevronnée". Pour le PDC, elle a fait bonne figure en tant que présidente de la Confédération, même si elle a parfois irrité. Le PLR regrette que la Genevoise ait parfois mené le Conseil fédéral dans certaines impasses, alors que l'UDC n'a pas vraiment réagi à ce départ. Toutes les réactions à cette annonce sur Micheline Calmy-Rey.


Neuf ans gouvernement, deux présidences et des coups d'éclat

Le retour en Suisse de Max Göldi en juin 2010 n'éclipse par les remous durant le long différend avec la Libye.
Le retour en Suisse de Max Göldi en juin 2010 n'éclipse par les remous durant le long différend avec la Libye. [Steffen Schmidt - ]
Deux fois présidente, en 2006 et 2011, Micheline Calmy-Rey aura marqué le Conseil fédéral d'une empreinte caractéristique allant d'un large sourire à un tempérament fort. Très engagée sur le plan humanitaire, dans les liens de la Suisse avec l'Europe et dans le soutien à la Genève internationale, la socialiste a marqué les esprits avec plusieurs coups d'éclat, qui vont des déboires avec la Libye au discours du 1er Août au Grütli en passant par l'affaire du voile en Iran. Sous oublier son passage en chanson aux Coups de coeur d'Alain Morisod. Pour se remémorer les étapes d'une carrière en dents de scie, voir Micheline Calmy-Rey.


Deux favoris et de nombreux prétendants à sa succession

Avec Alain Berset, Pierre-Yves Maillard se dégage déjà comme l'un des favoris à la succession de la Genevoise.
Avec Alain Berset, Pierre-Yves Maillard se dégage déjà comme l'un des favoris à la succession de la Genevoise. [Martial Trezzini - ]
A peine annoncé, le départ de la conseillère fédérale suscite déjà le débat sur sa succession. La prochaine élection au gouvernement, le 14 décembre, s'annonce déjà palpitante avec l'UDC et les Verts qui pourraient se lancer dans la course. Et de nombreux noms circulent déjà dans le camp socialiste, allant de Jean Studer à Elizabeth Baume-Schneider. Mais, alors que Christian Levrat a assuré qu'il n'était pas en course, deux grands favoris se dégagent déjà, le Conseiller d'Etat vaudois Pierre-Yves Maillard et le Conseiller aux Etats fribourgeois Alain Berset. Tous les papables sur Succession de Micheline Calmy-Rey.


Les médias tirent le bilan de neuf ans de gouvernement

Les médias ne partagent pas tous le même avis sur la carrière de Micheline Calmy-Rey au sein du Conseil Fédéral.
Les médias ne partagent pas tous le même avis sur la carrière de Micheline Calmy-Rey au sein du Conseil Fédéral. [Lukas Lehmann - ]
Dans leurs différents éditoriaux, les médias suisses ne partagent pas tous le même point-de-vue sur Micheline Calmy-Rey. Un constat est cependant commun: la conseillère fédérale a marqué de son empreinte la diplomatie suisse, offrant une meilleur visibilité au pays. Au lendemain de l'annonce de son départ, la presse revient également beaucoup sur deux dossiers polémiques: l'affaire libyenne et les relations avec l'Union Européenne. Le caractère supposé difficile de la cheffe du DFAE fait également couler de l'encre. Pour connaître les avis des différents journaux suisses, voir Démission de Micheline Calmy-Rey


boi/mre


Publié le 07 septembre 2011 - Modifié le 08 septembre 2011