Modifié le 28 juin 2010

Beaux-Arts: Vaud choisit les halles CFF de Lausanne

Les halles CFF de la gare de Lausanne pourraient devenir un rendez-vous culturel d'envergure.
La Ville de Lausanne avait proposé trois sites, dont les halles de la gare. [Keystone]
Le Conseil d'Etat vaudois a choisi les halles CFF près de la gare de Lausanne pour ériger le futur Musée cantonal des Beaux-Arts. Celui-ci pourrait ouvrir ses portes en 2014. Après l'échec de la votation de 2008 sur le projet de Bellerive, onze sites étaient en lice.

La commission chargée d'évaluer les sites a proposé mercredi un
double choix au Conseil d'Etat: le projet d'un collectif
d'architectes à la Riponne, qui avait la préférence du groupe
d'évaluation, et les halles CFF. A l'unanimité, le gouvernement a
retenu les halles CFF. "Choisir, c'est avancer et c'est aussi
renoncer", a déclaré le président du Conseil d'Etat Pascal
Broulis.





"Le choix des halles est emblématique de la culture au coeur de la
ville, au coeur de la vie des gens", a expliqué la ministre de la
Culture Anne-Catherine Lyon. La gare est un lieu "fabuleusement
intéressant, un lieu de tout le canton".

Pas de référendum en vue

A-C.Lyon, P.Broulis et F.Marthaler sont venus
s'exprimer devant la presse.
A-C.Lyon, P.Broulis et F.Marthaler sont venus s'exprimer devant la presse. [Keystone]
Outre le fait qu'il
invite au voyage, le site s'inscrit dans une vision contemporaine
des musées, avec la valorisation de friches industrielles, a
expliqué Anne-Catherine Lyon. Le Conseil d'Etat annoncera d'ici fin
octobre le dispositif prévu pour les prochaines étapes. La ministre
ne s'attend pas à un nouveau référendum, car les référendaires ont
été associés au choix.





Le futur musée investira un bâtiment déjà existant et modulable,
un ancien dépôt de locomotives dont la partie la plus ancienne date
de 1911. Le projet de musée est sur les rails, s'est enthousiasmé
François Marthaler, chef du Département des infrastructures. Il
permettra de valoriser des halles vouées à la démolition, de rendre
visible le musée, qui sera d'un accès facile.

Chantier de plusieurs millions

Le projet donnera un coup d'accélérateur à l'extension de la
capacité ferroviaire de la gare. Il aura un effet dynamisant pour
un chantier devisé à plusieurs centaines de millions de francs. Le
coût du projet à ce stade est estimé à 70-80 millions, a ajouté
Pascal Broulis. Les halles pourraient être partiellement vidées en
2011, pour être libres en 2012-2013, a ajouté Silvia Zamora,
municipale lausannoise de la culture.





ats/mej

Publié le 19 mai 2010 - Modifié le 28 juin 2010

Un projet qui avait coulé fin 2008

Le groupe cantonal chargé d'évaluer les 11 candidatures avait effectué un premier choix de quatre "papables": Yverdon, Morges, la Riponne et les halles CFF à Lausanne.

Il a au final estimé qu'un musée ne devait pas être décentralisé: il devait rester à Lausanne.

Yverdon offrait une parcelle un peu exiguë, avec seulement 3000 m2 contre 50'000 aux halles CFF, a expliqué le président du groupe d'évaluation Bernard Decrauzat.

Le site de Morges n'était pas idéal de par sa situation.

Le choix de l'ancien dépôt des locomotives permet au canton de Vaud de rebondir dix mois exactement après l'échec du projet de Bellerive en votation.

Le 30 novembre 2008, 53,4% des Vaudois disaient non à un futur musée des Beaux-Arts sur les rives lausannoises du lac.

Les CFF satisfaits de ce choix

Les CFF "se réjouissent de la décision du Conseil d'Etat", a réagi mercredi Jean-Philippe Schmidt, leur porte-parole. Cette activité supplémentaire améliore l'attractivité de la gare.

Les CFF sont propriétaires de la halle aux locomotives. Des contacts seront pris avec le canton de Vaud et la ville de Lausanne pour élaborer d'ici novembre un calendrier des prochaines étapes.

Le dépôt des locomotives comporte deux parties, dont la plus ancienne date de 1911. "On y garait et entretenait les locomotives à vapeur, puis les locomotives électriques", a expliqué Jean-Philippe Schmidt.

Depuis plusieurs années, la partie moderne du dépôt sert à l'entretien courant des locomotives. La partie plus ancienne est pratiquement vide. Les CFF y garent de temps en temps des véhicules roulants, a ajouté le porte-parole.