Modifié le 25 juillet 2011

Le CICR délivre 400 tonnes de nourriture en Somalie

La Somalie est frappée par la "plus grave crise alimentaire en Afrique" en 20 ans, selon l'ONU.
La Somalie est frappée par la "plus grave crise alimentaire en Afrique" en 20 ans, selon l'ONU. [Thomas Mukoya - ]
Le Comité international de la Croix Rouge (CICR) a distribué près de 400 tonnes de nourriture dans le sud de la Somalie sous contrôle shebab, région durement affectée par la sécheresse qui sévit en Afrique de l'Est, a-t-on appris dimanche auprès de cette organisation. Une réunion d’urgence sur la crise se tiendra lundi à Rome.

"Le CICR a procédé samedi à la distribution de 400 tonnes d'aide alimentaire dans la province de Gedo, pour 4000 familles, soit environ 24’000 personnes", a annoncé dimanche à l'AFP le porte-parole du CICR à Nairobi, Yves Van Loo. "La distribution a eu lieu dans le district de Bardera et s'est déroulée sans incident, en toute transparence avec les autorités (locales shebab, NDLR) et les bénéficiaires", a expliqué le porte-parole.


Une première depuis 2009

Il s'agit de la première distribution de nourriture directement aux populations menée par le CICR depuis 2009 dans les zones sous contrôle des insurgés islamistes, selon le site internet de l'organisation.


Les insurgés islamistes shebab bloquent l'accès des humanitaires à certaines régions.
Les insurgés islamistes shebab bloquent l'accès des humanitaires à certaines régions. [Farah Abdi Warsameh - ]


"Toute l'opération de A à Z a été menée par le CICR, depuis l'évaluation des besoins jusqu'à la distribution elle-même", a-t-il souligné. Chaque famille s'est vu remettre environ 100 kilos de nourritures, dont 20 litres d'huile, plus de 40 kilos de riz, ainsi que des haricots. Ces stocks ont été acheminés récemment par camion depuis Mogadiscio. "D'autres distributions du même genre auront lieu dans les prochains jours", a ajouté Yves Van Loo.


Depuis deux ans, les shebab s'opposaient par principe à ces distributions directes d'aide alimentaire aux populations, estimant qu'elles contribuent à créer un lien de dépendance et déstabilisent le marché agroalimentaire local. Ils encourageaient cependant les distributions de semence et outils agraires qui soutiennent le développement de l'agriculture locale, acceptant par ailleurs l'aide en nourriture pour les centres médicaux de lutte contre la malnutrition.


Frontalière du Kenya et l'Ethiopie, la province de Gedo est voisine des provinces du Sud de Bakool et Lower Shabelle, déclarées en état de famine par l'ONU le 20 juillet et régions considérées comme les plus affectées par la sécheresse qui sévit actuellement en Afrique de l'Est (lire ci-contre).


Shebab intransigeants

Reconnaissant la gravité de la sécheresse, les insurgés ont cependant rejeté vendredi le terme de famine et refusé tout retour des organisations humanitaires qu'ils avaient chassées de ces régions en 2009, dont le Programme alimentaire mondial (PAM), et les ONGs anglo-saxonnes Care, IMC, Mercy corps, ADRA, et World Vision.


Ces organisations avaient alors été accusées d'espionnage par les shebab, qui leur reprochaient également de se comporter en missionnaires chrétiens. Plusieurs ONG ont continué à travailler en zone shebab, malgré les règles draconiennes que la milice islamiste a tenté d'imposer: le CICR, les cinq sections de Médecin sans frontière (MSF), Action contre la faim (ACF), Solidarités, Danish Refugee Council, Norwegian Refugee Council (NRC), Coopi...etc


Depuis deux ans, ces ONG ont pu mettre en oeuvre de nombreux programmes dans le domaine médical, sanitaire, de l'eau ou encore de l'aide agricole. Elles ne disposent pas d'employés occidentaux sur place et s'appuient pour la plupart sur leurs personnels somaliens.


afp/bkel


Publié le 24 juillet 2011 - Modifié le 25 juillet 2011

Réunion d’urgence lundi

L'organisation de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a convoqué lundi à Rome une réunion d'urgence pour venir en aide à quelque 12 millions de personnes frappées par la sécheresse et enrayer une famine meurtrière.

Selon l'ONU, des dizaines de milliers de personnes sont mortes ces dernières semaines, victimes de la sécheresse qui touche toute la région: Somalie, Ethiopie, Kenya, Djibouti, Soudan et Ouganda.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a appelé à réunir d'urgence 1,6 milliard de dollars rien que pour la Somalie, où "des enfants et des adultes meurent chaque jour à un rythme terrifiant". "Les retards peuvent causer encore plus de morts", a-t-il prévenu alors que les agences de l'ONU n'ont reçu que la moitié de la somme nécessaires aux programmes d'assistance.

Près de la moitié de la population, 3,7 millions de personnes, est en situation de crise en Somalie, où deux régions du Sud ont été déclarées en situation de famine par les Nations unies, qui parlent de la "plus grave crise alimentaire en Afrique" en 20 ans.

Les agences spécialisées de l'ONU cherchent également un moyen de livrer l'aide alimentaire alors que les deux régions les plus touchées sont sous contrôle des insurgés islamistes shebab, qui en interdisent l'accès aux organisations humanitaires.