Modifié le 22 mars 2011

Fukushima: l'AIEA contrôle la communication de l'OMS

Le réacteur 3 de la centrale de Fukushima.
Le réacteur 3 de la centrale de Fukushima. [ - Ho New - Reuters]
La crédibilité des agences onusiennes, qui surveillent l’accident nucléaire au Japon, est remise en question. Et notamment celle de l’Organisation mondiale de la santé. Une OMS soumise au bon vouloir de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et incapable d’évaluer les risques de façon indépendante, montre une enquête de la TSR.

Depuis le déclenchement de la catastrophe nucléaire au Japon, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) est restée étonnement discrète, se contentant de relayer des informations fournies par le gouvernement japonais et par l’Agence internationale pour l’énergie atomique (AIEA). La raison est à chercher du côté d'un accord signé entre les deux organismes en 1959.


Le 14 mars 2011, dans un document rédigé sous forme de questions-réponses sur les rayonnements ionisants et les mesures à prendre en cas d’irradiation, l’OMS ne consacrait que deux paragraphes au Japon, affirmant que "le risque pour la santé publique est faible". Dans une version actualisée au 17 mars, l’agence onusienne approuve les "actions proposées par le gouvernement du Japon", sans cependant se prononcer sur les risques encourus autour de Fukushima Daiichi. 


Pas d'experts sur place

Mardi 15 mars, Maria Neira, la directrice du département santé publique et environnement a reconnu que l’OMS n’avait pas d’experts sur place. Elle s’est dite prête à répondre à toute requête de Tokyo, précisant que "cette demande devait se faire à travers l’AIEA". A Genève, l’OMS a actionné sa SHOC Room (centre stratégique d'opérations sanitaires) sur la catastrophe. Mais sur le volet nucléaire, elle reçoit essentiellement ses informations de l’AIEA.


Le rapport de l'OMS et de l'AIEA sur la catastrophe de Tchernobyl est très critiqué.
Le rapport de l'OMS et de l'AIEA sur la catastrophe de Tchernobyl est très critiqué. [Y.Van der Schueren / RSR]


 De fait, cette collaboration s’est réalisée au profit de l’AIEA, même si l’OMS a toujours rejeté les accusations de subordination. Cas d’école, le dernier bilan de la catastrophe de Tchernobyl (26 avril 1986), établi conjointement par l’OMS et l’AIEA en septembre 2005, fait état de 50 morts, 9 décès d’enfants de cancers de la thyroïdes, 4000 cancers potentiellement mortels et 4000 cancers de la thyroïde (principalement chez les enfants). Or nombre de recherches indépendantes menées en Russie, Ukraine et au Belarus, ont été ignorées.


Bilan de Tchernobyl sous-évalué

Selon plusieurs rapports, Tchernobyl a fait plus de 200'000 morts. Cinquante fois plus que le bilan officiel de l’OMS et de l’AIEA. Une étude publiée en février 2010 par l’Académie des sciences de New-York et rédigée par les professeurs Alexei Yablokov, Vassili et Alexey Nesterenko, des spécialistes reconnus ("Tchernobyl, conséquences de la catastrophe pour les populations et l’environnement"), estime même à 985'000 le nombre de morts liés à la catastrophe.


Un ancien du département Santé et environnement de l’OMS confie qu'"à l’OMS, certains sont mal à l’aise avec les chiffres minimisés sur Tchernobyl". Il dit craindre que la situation ne se reproduise avec la catastrophe en cours au Japon. Alison Katz, elle aussi une ancienne de l’agence onusienne, estime que "l'AIEA décide désormais de tout en matière de santé et rayonnement", l’OMS ne comptant que quatre personnes chargées de la radioprotection à Genève. Depuis avril 2007, un collectif anti-nucléaire "Independant WHO", dont Alison Katz est membre, manifeste chaque jour à proximité de l’OMS, réclamant l’abrogation de l’accord contre nature de 1959.


Ron Hochuli, Agathe Duparc, Xavier Nicol


Publié le 22 mars 2011 - Modifié le 22 mars 2011

Un accord qui pousse à la censure

Pour de nombreux observateurs, les liens entre l’Organisation mondiale de la santé et l'agence pour le nucléaire civil, qui de fait fonctionne comme un lobby (l’AIEA "a pour but d’accélérer et d’élargir la contribution de l’énergie atomique à la paix, la santé et la prospérité à travers le monde", selon ses statuts), empêchent l'OMS d’avoir une expertise indépendante sur les effets des rayonnements sur la santé humaine.

L’article 1 alinéa 3 de l’accord signé le 28 mai 1959 entre les deux organismes stipule que "chaque fois que l’une des deux parties se propose d'entreprendre un programme ou une activité dans un domaine qui présente ou peut présenter un intérêt majeur pour l’autre partie, la première consulte la seconde en vue de régler la question d’un commun accord".

L'accord qui lie l'OMS à l'AIEA est problématique, juge Claudio Knüsli, membre de l'Association des médecins pour une responsabilité sociale en matière de nucléaire (IPPNW).

"Scientifiquement, dans le domaine nucléaire, l’OMS est soumise à l’aval de l’agence internationale de l’énergie atomique. En plus, il lui manque des moyens et des spécialistes qualifiés dans ce domaine", indique ce médecin et connaisseur du dossier.

Depuis plus de 50 ans, les deux organismes doivent systématiquement se consulter dans le domaine du nucléaire. Et l’accord va même plus loin. Il stipule que "L’AIEA et l’OMS reconnaissent qu'elles peuvent être appelées à prendre certaines mesures restrictives pour sauvegarder le caractère confidentiel de renseignements qui leur auront été fournis" (article 3 alinéa 1).

Un article qui fait penser que l'OMS est censurée par l'AIEA. Claudio Knüsli va dans ce sens et indique qu'"il est reconnu que les appréciations de l’AIEA sont souvent sous-évaluées."