Modifié le 11 novembre 2011

Richemont confirme qu'il va créer 2000 emplois

Le logo du groupe suisse Richemont
Le groupe de luxe Richemont bénéficie avant tout d'une forte hausse de la demande en Chine et dans le reste de l'Asie, a-t-il indiqué. [AFP]
Malgré les difficultés en Europe et le franc fort, le groupe de luxe Richemont, qui a vu son chiffre d'affaires bondir de 29% au premier semestre, poursuit son programme d'investissements en Suisse. Ses dirigeants ont confirmé vendredi la création de près de 2000 emplois en Suisse sur deux ans.

"Nous engageons du personnel et nous allons continuer à le faire", a déclaré à Genève lors d'une conférence téléphonique Richard Lepeu, directeur général adjoint du groupe.


Pour répondre à une demande en hausse

Il a précisé qu'il faut trouver du personnel qualifié pour répondre à la hausse de la demande et que cela prend du temps. Toutes les manufactures du groupe sont concernées, a-t-il ajouté.


Le groupe bénéficie avant tout d'une forte hausse de la demande en Chine et dans le reste de l'Asie. Il a pu adapter ses prix pour atténuer les conséquences de la hausse du franc suisse.


Le groupe de luxe a par ailleurs vu son chiffre d'affaires bondir de 29% à 4,214 milliards d'euros (soit 5,208 milliards de francs) au premier semestre (lire ci-contre).


Interrogé sur les conséquences de la crise de la dette en Europe, le PDG du groupe Johann Rupert a affirmé que "franchement, il ne sait pas". "Il y a trois-quatre ans, nous pouvions prédire l'évolution. Aujourd'hui, il est extraordinairement difficile de savoir ce qui va se passer", a-t-il affirmé.


La demande domestique a tendance à stagner en Europe, a précisé le responsable de Richemont. En même temps, le groupe constate "une demande remarquable provenant des touristes qui voyagent en Europe".


ats/ap/hof


Publié le 11 novembre 2011 - Modifié le 11 novembre 2011

Un premier semestre réjouissant

Richemont a annoncé vendredi une hausse de 29% à 4,214 milliards d'euros (soit 5,208 milliards de francs) de son chiffre d'affaires et une progression de 41% du résultat d'exploitation à 1,075 milliard d'euros (1,329 milliard de francs) au premier semestre.

Le premier semestre, clos au 30 septembre, enregistre un résultat net en hausse de 10% à 709 millions d'euros (876 millions de francs) , après un gain exceptionnel comptabilisé au premier semestre de l'exercice précédent 2010-2011.

Avec une trésorerie nette de 2,6 milliards d'euros, la situation financière du groupe reste solide.

Pour le second semestre, le patron de Richemont Johann Rupert estime que les difficultés économiques actuelles incitent à la prudence.

Mais malgré ces défis, le résultat d'exploitation de l'année devrait être nettement supérieur à celui de l'exercice précédent.

La solidité du bilan et le maintien du programme d'investissement attestent de la confiance du groupe dans les perspectives à long terme, malgré un environnement mondial très préoccupant, conclut Johann Rupert.