Modifié le 04 mars 2011

Droits humains et révolte arabe débattus à Genève

L'ex-mannequin Waris Dirie sera présente au FIFDH pour évoquer les mutilations génitales féminines.
L'ex-mannequin somalienne Waris Dirie sera présente au FIFDH pour évoquer les mutilations génitales féminines. [Maya Hitij - ]
Une quarantaine de films sont à l'affiche de la 9e édition du Festival du film et forum international sur les droits humains à Genève. Plus de 80 intervenants se relayeront jusqu'au 13 mars pour enrichir les débats.

"Les droits humains sont irrémédiablement contagieux" a relevé Leo Kaneman, co-directeur du Festival du film et forum international sur les droits humains (FIFDH).


Les dissidents et les défenseurs des droits de l'homme seront donc à l'honneur lors de cette 9e édition, dont la programmation sera centrée sur le printemps arabe, avec notamment un film sur la révolution en Tunisie et un débat avec la militante Safoua Bouazzi.


Avec Barbara Hendricks et Fanny Ardent

Au niveau des invités de marque, le FIFDH accueillera Viviane Reding, vice-présidente de la commission européenne, Micheline Calmy-Rey, Ruth Dreifuss ou encore Navi Pillay, haut-commissaire de l'ONU aux droits de l'homme.


Côté artistique, l'actrice et réalisatrice française Fanny Ardent présentera son court-métrage sur une enfant Rom. La chanteuse et ambassadrice de bonne volonté du Haut-commissariat aux réfugiés Barbara Hendricks sera aussi présente, ainsi que Waris Dirie, ex-mannequin qui témoignera au sujet des mutilations génitales féminines.


Davantage de cinéma

Les organisateurs, bien que sensibles aux causes défendues dans les films, misent également sur la qualité cinématographique en créant une nouvelle catégorie intitulée "Fiction et droits humains". Le public pourra notamment découvrir dans ce genre "Route Irish", le dernier film de Ken Loach.



Dix films sont en compétition pour le "Documentaire de création", dont "Dreaming Nicaragua" qui raconte le destin de quatre gamins et "Impunity", un film suisse sur la justice en Colombie. La catégorie "Grands reportages" opposera treize films.


Un membre du jury politiquement absent

Cette 9e édition est dédiée à Jafar Panah, un cinéaste iranien condamné dans son pays pour soutien à l'opposition et interdit de quitter le territoire. "Membre du jury, sa chaise restera symboliquement vide", a annoncé Leo Kaneman.


Le FIFDH connaît un succès croissant. L'an dernier, il avait attiré 18'000 festivaliers pendant les dix jours de projections et débats.


ats/vkiss


Publié le 04 mars 2011 - Modifié le 04 mars 2011